Dernièrement, j’ai suivi quelques artistes dans leurs périodes d’expositions pour montrer et bien sûr vendre leurs oeuvres pour en vivre et pouvoir poursuivre leurs passions. Entre autres, Diane Girard & Valérie Lortie qui font aussi des peintures à deux, « DUO VALDI ». Une idée originale de leur part et assez unique je crois. À voir à la Galerie D’Art Christine Genest à Cap-Santé tout près de Québec.

valdweb

Vernissages, Symposiums, médias sociaux à entretenir, publicités ça et là, bref, bien des efforts et du travail pour « se » vendre. J’ai vu que « la vie d’artiste, ce n’est pas de tout repos… ». Lors des symposiums, elles ont même à monter leurs propres tentes, accrochez leurs peintures, sans compter le millage qu’elles doivent parcourir pour se rendre sur les sites d’expositions.

Je trouve qu’elles ont du mérite et bien du courage de passer une partie de l’été et début automne à suivre un itinéraire plutôt chargé, de même que leurs véhicules…Encore là, ça leur prend une petite vanne, genre VUS, impossible avec une Smart…

Mais, comme l’artiste crée la plupart du temps seul une bonne partie de l’année, une activité plutôt solitaire, elles m’ont fait sentir le besoin de sortir de leurs ateliers, d’aller vers les gens, comme une énergie à aller chercher à l’extérieur, qui largement valait le coup de tous ces efforts. Comme le printemps venu, on a hâte de sortir prendre une bonne marche au grand air !

Personnellement, sur place j’ai pu échanger avec plusieurs peintres qui m’ont donné des trucs et des idées pour mes futures créations. Alors comme on dit, dans les deux sens, on y gagne à partager nos passions. Bien sûr tout dépend du niveau et des attentes vis-à-vis notre art.

Nous ne sommes obligés à rien, si l’on décide d’en faire juste un loisir personnel, c’est très bien aussi. Ça restera entre nos proches, c’est tout ! Mais je pense que ce médium est avant tout une expression de soi, un besoin de s’exprimer, alors je vois mal garder le tout secret dans le fond de sa cave…La motivation risque de sombrer avec le temps. Tout comme vouloir rester sous l’eau, il y a comme une force qui cherche à nous faire sortir la tête de l’eau et flotter ! Je pense que les vrais artistes dans l’âme ne peuvent demeurer anonymes. Tôt ou tard, la lumière dévoilera l’oeuvre sur la place, faisant le lien avec les citoyens d’une même communauté, soit celle de la sensibilité…